Méditation adoration eucharistique

Adoration Eucharistique (n°5)
Vivre de l’Eucharistie pour annoncer
le Christ au monde


Nous sommes invités à partager par toute notre vie celui que nous avons vu, contemplé, touché de
nos mains. (1Jn1,1-4) Le concile Vatican II insiste sur le caractère central du sacrement de l’Eucharistie
dans la vie du baptisé, de l’Eglise et du monde. L’annonce du Christ mort et ressuscité, la proclamation de la Bonne Nouvelle trouve tout son achèvement dans le mystère eucharistique. C’est autour du Christ Eucharistie que la foi s’approfondit, que l’espérance se nourrit, que la charité s’accroît, en un mot : que l’union à Dieu se réalise toujours plus intensément.

En invitant les représentants des religions du monde à venir à Assise le 24 janvier 2002 le pape a
invité tous les chrétiens du monde à prier pour la promotion de la paix authentique.
« La religion, nous dit le pape, ne doit jamais devenir un motif de conflit, de haine et de violence. »
Tournons-nous ce soir vers Jésus Eucharistie, source de toute unité pour implorer la paix, pour laisser nos cœurs se convertir à la réconciliation. Nous écouterons un extrait de l’évangile de St
Jean (17.11-18) et le laisserons résonner dans notre cœur pendant le moment d’adoration silencieuse :
« Je ne suis plus dans le monde, et moi je viens vers toi, Père Saint ; garde-les dans ton nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un comme nous.
Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde. Pour eux, je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi sanctifiés dans la vérité. Je ne prie pas pour eux seulement mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi, afin que
tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé. »

Chant : au choix

2 ème lecteur :
« Père, qu’ils soient comme nous, dans l’amour. »
(Jn 17.11)
L’Eglise est comme l’émergence visible de cette famille de Dieu. Famille qui essaie d’harmoniser trois exigences fondamentales de l’être humain : être soi-même, entrer en relation et vivre ensemble. L’Eglise
ne saurait être un ensemble d’individus juxtaposés mais en communion d’églises-sœurs qui s’enrichissent de leur diversité. Lorsque nous adorons Jésus eucharistie, nous ouvrons les portes de notre cœur à « Dieu, qui, par amour des hommes, désire se communiquer lui-même. ».(Rédemption hominis n°7)
Tous les hommes ont le droit de connaître l’existence d’un tel don qui leur est offert.

1 er lecteur :
En effet, accueillir le Christ, c’est pour chacun de
nous accueillir notre propre mystère. Le pape Jean
Paul II nus le rappelle avec force : « Ne l’oubliez
jamais, le Christ qui vient à nous sous les espèces
consacrées est le même qui vient à notre rencontre
dans les évènements de la vie quotidienne ; il est
dans le pauvre qui tend la main, dans celui qui souffre
et implore de l’aide ; il est dans le frère qui nous
demande d’être disponibles et attend notre accueil. Il
est dans l’homme : le plus petit, le plus vulnérable.
Profond mystère de la vie ! Impénétrable mystère
d’amour ! » (homélie 1990)
2 ème lecteur :
Pendant l’adoration silencieuse remercions le
Seigneur d’être venu demeurer au milieu de nous.
Accueillons sa présence d’amour en nous. Laissons
cet amour réaliser de profondes réconciliations, avec
nous-mêmes, avec nos proches, envers toutes
relations. Demandons lui que notre communauté
chrétienne devienne un lieu privilégié d’échanges et
de coresponsabilités confiantes entre frères et sœurs.


Chant : au choix
1 ER lecteur :
L’Esprit Saint nous invite à reconnaître le Christ
sous les espèces du frère, de la sœur et le traiter
avec le respect que nous portons au saint sacrement.
De cette manière « l’eucharistie devient un
programme de vie » (Jean-Paul II, Homélie 1979)
Le Christ se donne à nous comme un aliment de
vie divin. Il est le serviteur qui ne brise pas le roseau
froissé et n’éteint pas la miche qui fume encore. Il est
le semeur qui invite à ne pas trop vite trier entre
l’ivraie et le bon grain car on risque parfois d’arracher
en même temps le blé. Il y a surtout la bouleversante
et prophétique scène du lavement des pieds qui
précède le partage du pain et du vin.
2 ème lecteur :
Ce qui frappe en regardant l’Hostie, c’est la
pauvreté extrême sous laquelle nous apparaît le Dieu
créateur du ciel et de la terre. Il est là pour nous
enrichir de sa pauvreté, pour nous appeler à l’imiter
dans cette pauvreté. « Apprenez de moi, nous dit
Jésus, que je suis doux et humble de cœur. » (Mt
11.29). Dans l’eucharistie, Dieu librement s’abaisse
pour nous répondre.
L’autel où il est exposé est le rivage où il nous
appelle pour nous reposer avec lui et refaire nos
forces. Accueillons pendant ce moment de silence la
douceur et l’humilité du cœur de Jésus qui pourra
nous guérir de nos divisions, nous rétablir dans l’unité
véritable.


- Temps de silence –


Chant : au choix
1 er lecteur :
En évoquant la journée à Assise du 24 janvier le
pape disait : « nous voudrions avant tout réunir les
chrétiens et les musulmans pour proclamer au monde
que la religions ne doit jamais devenir un motif de
conflit, de haine, de violence. Celui qui accueille
vraiment la Parole de Dieu, bon et miséricordieux, ne
peut ôter de son cœur toute forme de rancune et
d’inimitié. En ce moment historique, l’humanité a
besoin de voir des gestes de paix et d’entendre des
paroles d’espérance. »
2 ème lecteur :
Renouvelons ensemble notre confiance dans la
prière qui est un levier capable de soutenir l’effort de
toute l’humanité. Sur le chemin de la paix. Laissons
nous rejoindre par cette réflexion du cardinal
Ratzinger à propos de Fatima, en 1996 :
« Les pauvres et les personnes simples ont des
yeux et un cœur ouverts sur les vérités essentielles. Il
me semble que notre plus grande erreur est de
penser que les grandes actions économiques et
politiques peuvent transformer le monde. Les
chrétiens eux-mêmes ont été tentés de penser que la
prière n’a pas beaucoup de valeur et ont fini ainsi par
perdre de leur intériorité. Or à Fatima, nous
entendons parler de choses cachées – conversion,
prière, pénitence – qui semblent n’avoir aucune
importance politique, mais qui sont des réalités
décisives, qui sont une force capable de changer le
monde. »


1 er lecteur :
Toi qui nous donnes la grâce de toi Seigneur,
écoute notre prière pour nos frères humains :
Chant : Refrain au choix :
- Pour l’homme qui désespère et ne trouve en lui
que le vide.
- Pour l’homme qui a faim de vérité et qui ne
cherche pas sa subsistance dans la parole
- Pour les hommes qui sur terre, exercent leur
puissance.
- Pour celui qui laisse dormir son baptême au
lieu de se laisser envahir par lui.
- Pour ceux dont les yeux se sont fermés afin
qu’ils s’ouvrent à ta lumière.